C1/Ligue1 – Monaco : dur retour sur terre

Alors que tout se déroulait pour le mieux durant la première période de ce match aller entre Manchester City et Monaco (1-2), les monégasques ont reçu une leçon au terme des 90 minutes (5-3). Le manque de maturité des joueurs sur le terrain et la non-réactivité de Jardim pour les changements sont les deux principaux facteurs de cette déculottée. 

Jardim s’est trompé !

L’entraîneur monégasque a plus ou moins surpris le monde du foot dans cette huitième de finale aller à l’Etihad Stadium face à Manchester City. Le portugais a préféré le jeune Kylian Mbappé à Valère Germain pour épauler le capitaine Radamel Falcao. Un choix payant quand le français, âgé de 18 ans, permet à son équipe de mener 2-1 à la pause grâce à son but à la 40e minute. Pour le reste des onze joueurs titulaires, pas de réel changement, excepté la présence d’Adrien Raggi en défense centrale pour remplacer Jemerson suspendu. 

A la mi-temps, tout le monde pensait que le tacticien des rouge et blanc réalisait le coup parfait, menant au score à l’extérieur, son groupe tenant le choc face à celui de Pep Guardiola malgré un but encaissé rapidement (26e R. Sterling). Ses joueurs ont fait preuve d’une grande lucidité pour revenir au score par Falcao (31e min) puis prendre l’ascendant grâce à Mbappé neuf minutes plus tard. Mais au retour des vestiaires, tout bascule, et la fin de match va tourner en véritable cauchemar. 

Tout d’abord, il y a ce raté sur pénalty du colombien Falcao (50e min), un échec capital car il aurait permis à l’ASM de prendre deux longueurs d’avance sur leur adversaire du soir. Puis cette double erreur avec la passe ratée de ce même Falcao, interceptée par Sterling et qui débouchera, 70 mètres plus loin, à un but de Sergio Agüero pour le 2-2 (58e min.) -bien aidé par la faute de main de Danijel Subasic. Le capitaine de Monaco se rattrapera trois minutes plus tard, redonnant l’avantage à son groupe (3-2) sur un numéro solo. Alors qu’il reste moins d’une demie heure à jouer dans ce match aller, le groupe craque complètement .

Le talentueux Bernardo Silva devient invisible dans l’entrejeu, ainsi que le latéral Djibril Sidibé. La fatigue se remarque sur les visages mais Jardim ne procède à aucun changement et ce n’est qu’à la 79e, alors que Manchester City a repris l’avantage (4-3), qu’intervient le premier changement avec l’entrée de Germain pour remplacer Mbappé. Le mal est déjà fait, Sané profitera d’un dernier boulevard pour plier le match (5-3) et Monaco met un genou à terre. 

Manque d’expérience ou consignes douteuses ?

C’est une équipe très jeune qui était alignée ce mardi pour affronter Manchester City, avec une moyenne d’âge de 24 ans pour les 10 joueurs de champ. La folie des minots laissait entrevoir un match fou et ce fut le cas. Cependant, ces mêmes minots n’ont pas eu les épaules assez larges pour tenir le choc jusqu’au coup de sifflet final et dans les dernières minutes, ce manque de maturité leur a coûté très cher. Sidibé et Mendy se sont laissés avoir par leur amour des phases offensives, se grillant physiquement pour ensuite être spectateurs des attaques mancuniennes. Comme sur le second but de Sergio Agüero où Djibril Sidibé ne bouge pas. 

Cependant, ayant connaissance des montées constantes de ces latéraux et détenant par deux fois un résultat positif, il semble que Jardim aurait dû demander à son groupe de bétonner dès l’heure de jeu pour limiter la casse et repartir la tête haute de Manchester. Des changements moins tardifs auraient, eux aussi, aidé les rouge et blanc à résister aux assauts de City. Cela n’a pas été le cas et l’ASM a même continué à attaquer alors que le match leur filait entre les doigts. L’effervescence des joueurs et de l’entraîneur a clairement handicapé Monaco dans cette rencontre. 

Il faut désormais se remettre de cette triste déconvenue pour le déplacement ce week-end à Guingamp (27e J. de Ligue1) et ainsi garder les trois points d’avance sur Nice et le PSG. Un match qui pourrait tourner au règlement de compte tant la déception au sein du groupe doit être présente.

Attention messieurs guingampais, vous pourriez prendre la saucée samedi. Pour la C1, rendez-vous le 15 Mars pour le match retour au stade Louis II et soyons positifs : Monaco peut encore se qualifier pour les quarts, mais il faudra gagner par deux buts d’écart.

Baptiste MALPART

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*